La réinsertion dans la société de milliers d’enfants qui ont été rapatriés des camps du nord-est de la Syrie pour membres présumés de l’EIIL (ISIS) a été entravée par les politiques de plusieurs gouvernements principalement européens, selon Human Rights Watch (HRW).

“Nos entretiens et nos enquêtes ont montré que si de nombreux enfants réussissent à se réintégrer dans leurs nouvelles communautés, les choix politiques faits par certains gouvernements ont rendu la réintégration plus difficile et, dans certains cas, encore plus préjudiciable”, a déclaré l’organisation basée à New York dans un nouveau communiqué. . rapport sorti lundi.

HRW a déclaré que dans certains pays, dont la Belgique, la France, les Pays-Bas et la Suède, “les autorités ont immédiatement séparé les enfants de leur mère à leur retour, soit parce que la mère fait l’objet d’une enquête, soit parce qu’elle est accusée de crimes liés à l’EI”.

“Certaines personnes interrogées ont déclaré que l’expérience la plus traumatisante dans la vie de leurs enfants n’était pas les difficultés des camps, mais la séparation de leurs mères à leur arrivée dans leur nouvelle patrie”, a ajouté le groupe.

Le rapport est basé sur les expériences de plus de 100 enfants âgés de 2 à 17 ans qui ont été renvoyés – ou dans certains cas pour la première fois – dans leur pays de nationalité entre 2019 et 2022. La majorité a été rapatriée ou renvoyée du nord-est de la Syrie, un petit nombre étant renvoyé d’Irak.

En 2019, lorsque les Forces démocratiques syriennes (SDF) soutenues par les États-Unis ont renversé le dernier bastion de l’EIIL à Baghouz, dans le nord-est de la Syrie, les FDS ont transféré des milliers de personnes qui avaient vécu sous l’EIIL dans des prisons et des camps de détention de fortune. Parmi les détenus figuraient des combattants masculins présumés de l’EIIL et leurs proches originaires de plus de 60 pays.

En 2019, environ trois douzaines de pays ont rapatrié ou facilité le retour de certains de leurs ressortissants détenus, dont plus de 1 500 enfants, selon HRW. Le Danemark, la Finlande, l’Allemagne, le Kazakhstan, le Kosovo, la Russie, la Suède, le Tadjikistan, l’Ukraine, les États-Unis et l’Ouzbékistan font partie des pays qui ont maintenant rapatrié la plupart ou la plupart de leurs ressortissants.

HRW a déclaré qu’en septembre 2022, les FDS détenaient encore environ 56 000 personnes – presque toutes des femmes et des enfants – à al-Hol et Roj, deux camps en plein air fortement gardés dans le nord-est de la Syrie entourés de barbelés. Parmi eux, plus de 18 000 sont syriens, environ 28 000 viennent de l’Irak voisin et plus de 10 000 autres sont des femmes et des enfants de dizaines d’autres pays.

Plus de 60 % des non-Syriens dans les camps sont des enfants. Aucun des étrangers dans les camps et les prisons n’a été inculpé d’aucun crime, a déclaré HRW. « Personne n’a jamais comparu devant un juge pour évaluer la légalité et la nécessité de leur détention. Par conséquent, leur détention est clairement illégale.

Alors que les familles des garçons syriens détenus peuvent leur rendre visite, les garçons étrangers détenus sont rarement autorisés à contacter personnellement ou par téléphone leurs mères et leurs frères et sœurs dans les camps, ont déclaré des personnes interrogées à HRW. Plusieurs centaines de garçons étrangers sont également détenus dans des “centres de réinsertion” fermés ou dans des prisons militaires pour environ 10 000 hommes soupçonnés de liens avec l’EI.

Ceux qui restent dans les camps sont “détenus indéfiniment dans des conditions mettant leur vie en danger et si dégradantes qu’elles pourraient s’apparenter à de la torture”, a déclaré HRW.

« Les détenus sont privés de nourriture, d’eau et d’abri, et des centaines, dont des enfants, sont morts de maladies évitables, d’accidents et de la violence des camps », ont-ils ajouté.

Dans ses recommandations, le groupe de défense des droits a déclaré que les gouvernements devraient immédiatement rapatrier tous leurs ressortissants et “veiller à ce que toutes les mères ou autres tuteurs adultes puissent rentrer chez eux immédiatement avec leurs enfants, sans preuve convaincante que la séparation est dans l’intérêt supérieur de l’enfant, conformément à obligations juridiques internationales relatives à l’unité familiale ».



Source link

By uiq51

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}