Commentaire

LE CAIRE — Un ressortissant érythréen décrit comme l’un des trafiquants les plus recherchés au monde a été arrêté au Soudan à la suite d’une chasse à l’homme internationale menée par les Émirats arabes unis, a annoncé jeudi Interpol.

Le suspect – identifié comme Kidane Zekarias Habtemariam – est accusé d’avoir dirigé une organisation criminelle qui kidnappe, extorque et tue des migrants est-africains tentant de traverser la Méditerranée depuis la Libye, a indiqué la police basée en France dans un communiqué en ligne.

Il a été arrêté dimanche dans le cadre d’une “opération policière internationale majeure menée par les Émirats arabes unis, sur la base d’informations partagées via Interpol”, selon un communiqué du ministère de l’Intérieur des Émirats arabes unis, publié par The Khaleej Times.

Une percée dans la chasse à l’homme est intervenue après que les autorités des Émirats arabes unis ont commencé à surveiller de près l’organisation de Habtemariam et les membres de sa famille, découvrant des schémas de blanchiment d’argent qui les ont conduits au Soudan, a indiqué l’agence. Interpol a commencé à surveiller les activités de Habtemariam en 2019.

Habtemariam avait fait l’objet de deux notices rouges d’Interpol, l’une d’Ethiopie et l’autre des Pays-Bas, a indiqué l’agence. Les autorités néerlandaises ont accusé Habtemariam de diriger un camp en Libye qui abritait des milliers de migrants.

Habtemariam a été reconnu coupable par contumace et condamné à la réclusion à perpétuité après s’être évadé en Éthiopie en 2020 alors qu’il était jugé pour traite des êtres humains.

Ces dernières années, la Libye est devenue le principal pays de transit pour les migrants à la recherche d’une meilleure qualité de vie en Europe. Le pays riche en pétrole a plongé dans le chaos après qu’un soulèvement soutenu par l’OTAN en 2011 a renversé et tué l’autocrate de longue date Mouammar Kadhafi. Les trafiquants d’êtres humains ont profité du chaos en Libye en faisant passer clandestinement des migrants à travers les longues frontières terrestres du pays de six pays.

Selon un tweet du ministre de l’Intérieur des Émirats arabes unis, Saif Bin Zayed Al Nahyan, l’opération internationale a duré neuf mois et a également impliqué les autorités néerlandaises, éthiopiennes et soudanaises, selon Interpol.

“Grâce au professionnalisme et au dévouement de nos policiers, le trafiquant le plus recherché au monde ne pourra plus commettre ses actes ignobles”, a déclaré Saeed Abdullah al-Suwaidi, directeur de la Direction fédérale anti-stupéfiants des EAU. déclaration séparée citée par Interpol.

La police soudanaise n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

By uiq51

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *