Un arsenal d’armes, dont des mitrailleuses M60 et des grenades, appartenait aux dissidents rebelles des FARC, selon la police colombienne.

La police nationale colombienne a saisi un arsenal d’armes, dont des grenades et une mitrailleuse. dissidents du groupe rebelle aujourd’hui dissous, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

Bien que l’Estado Mayor Central ait rejeté les dissidents un accord de paix de 2016 entre Bogota et les FARC, ils s’étaient mis d’accord sur un récent cessez-le-feu avec le gouvernement du président de gauche Gustavo Petro.

L’arsenal de 33 fusils, une mitrailleuse M60, des grenades, plus de 30 000 balles et des uniformes a été transporté dans deux véhicules retrouvés abandonnés dans la province de Narino, au sud-ouest de la Colombie.

“L’arsenal saisi représente l’un des coups majeurs de ces dernières années”, a déclaré lundi à la presse le directeur général de la police nationale, Henry Armando Sanabria. “Avec cela, nous évitons le renforcement d’un groupe armé.”

Les armes – fabriquées aux États-Unis, en Israël et en Russie – avaient déjà été utilisées, et il restait à déterminer si elles avaient été achetées sur le marché noir ou volées à l’armée lors de raids, a déclaré Sanabria.

Il a ajouté qu’il appartient au gouvernement de décider si le déplacement de l’arsenal constitue une violation du cessez-le-feu des dissidents avec le gouvernement.

Armes, balles et uniformes saisis par la police colombienne
La police colombienne révèle la saisie d’armes, d’explosifs et de munitions à Bogota le 16 janvier 2023 [Luisa Gonzalez/Reuters]

Petro, Colombie premier président de gauches’est engagé à poursuivre un “plan de paix totale” et à négocier avec les groupes armés pour tenter de mettre fin au conflit armé qui a coûté la vie à plus de 450 000 personnes à travers le pays.

La violence a fortement augmenté en Colombie en particulier dans les régions du pays qui échappent au contrôle du gouvernement où des groupes armés sont impliqués dans le trafic de drogue et d’autres activités illégales. L’institut de recherche INEPAZ a enregistré près de 100 massacres l’an dernier.

Le gouvernement colombien a signé un accord de paix avec les FARC en 2016 dans lequel les membres du groupe rebelle de gauche ont désarmé, mais certains dissidents des FARC ont rejeté l’accord et ont continué à utiliser la force armée.

À la fin de l’année dernière, le gouvernement colombien a conclu un première série de pourparlers de paix avec le plus grand groupe armé du pays, l’Armée de libération nationale (ELN), au Venezuela voisin.

Puis, la veille du Nouvel An, Petro a déclaré qu’un cessez-le-feu temporaire avait été convenu avec les cinq plus grands groupes armés du pays, dont l’ELNdu 1er janvier au 30 juin.

Bogota plus tard revisité cette annonce après que les rebelles de l’ELN ont déclaré qu’ils ne faisaient pas partie d’un tel accord. Mais le ministre de l’Intérieur, Alfonso Prada, a déclaré que le cessez-le-feu restait en vigueur avec les quatre autres groupes, y compris les dissidents des FARC de l’Estado Mayor Central.

By uiq51

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *