Kinshasa nie que Kigali affirme que l’incident est un “acte délibéré d’agression équivalant à un acte de guerre”.

Les troupes rwandaises ont tiré sur un avion de chasse en provenance de la République démocratique du Congo (RDC) qui aurait violé son espace aérien, incitant le gouvernement congolais à l’accuser d’acte de guerre.

“Un avion de chasse Sukhoi-25 en provenance de la République démocratique du Congo a violé l’espace aérien rwandais pour la troisième fois”, a déclaré mardi la porte-parole du gouvernement rwandais, Yolande Makolo, dans un communiqué au-dessus du district de Rubavu, près de la capitale du Nord-Kivu, Goma.

“Des mesures défensives ont été prises”, a-t-elle déclaré, ajoutant que “le Rwanda demande à la RDC d’arrêter cette agression”.

En décembre, le Rwanda a déclaré qu’un autre avion de chasse de la RDC avait brièvement violé son espace aérien.

Un avion de combat congolais non armé a également brièvement atterri sur un aéroport rwandais en novembre lors d’une mission de reconnaissance près de la frontière, dans ce que la RDC a qualifié d’accident.

La RDC a nié l’allégation du Rwanda selon laquelle l’avion se trouvait dans l’espace aérien rwandais – le dernier différend entre les deux pays dont les relations ont été tendues par la violence des rebelles.

“Les tirs rwandais visaient un avion congolais volant en territoire congolais”, a indiqué Kinshasa dans un communiqué, confirmant que l’avion a atterri à Goma sans dommage significatif.

Il a décrit la décision du Rwanda comme un “acte délibéré d’agression équivalant à un acte de guerre”, visant à saper un accord de paix visant à mettre fin à une offensive du groupe rebelle M23.

Une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux congolais montrait un projectile tirant vers un avion militaire avant d’exploser près de l’avion, qui continuait de voler. La vidéo n’a pas pu être immédiatement vérifiée.

La RDC, des experts des Nations Unies et des puissances occidentales ont accusé le Rwanda de soutenir le M23, qui a pris plusieurs villes et villages de la RDC lors de la reprise des combats l’année dernière. Le Rwanda a nié toute implication.

Les dirigeants régionaux sont parvenus à un accord en novembre en vertu duquel le groupe dirigé par les Tutsis était destiné à se retirer de postes récemment occupés d’ici le 15 janvier dans le cadre des efforts visant à mettre fin aux combats qui ont eu lieu déplacé au moins 450 000 personnes.

Le président congolais Félix Tshisekedi a déclaré la semaine dernière que les rebelles l’avaient fait pas complètement retiré de ces zones.

Pendant ce temps, de nouveaux combats ont éclaté mardi matin entre les forces gouvernementales congolaises et les rebelles du M23 à Masisi et Rutshuru près de la ville de Kitshanga, à environ 70 km de Goma.

fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren

By uiq51

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}