Remarque

KATMANDOU, Népal – Les boîtes noires récupérées le 15 janvier accident d’avion au Népal sont envoyés à Singapour pour analyse afin de déterminer la cause de l’accident qui a tué les 72 personnes à bord, ont annoncé jeudi des responsables.

L’enregistreur de données de vol et l’enregistreur vocal du poste de pilotage seraient examinés par des experts du Bureau d’enquête sur la sécurité des transports de Singapour.

“L’équipe d’enquête népalaise partira vendredi avec l’enregistreur de données de vol et l’enregistreur vocal du poste de pilotage où les données seront téléchargées et analysées”, a déclaré Rajendra Kumar KC, porte-parole de l’Autorité de l’aviation civile.

Il a été initialement suggéré d’être les boîtes noires apporté en France où l’avion a été fabriqué, mais les autorités népalaises prévoient maintenant d’envoyer les enregistreurs à Singapour.

Un comité formé par le gouvernement enquête toujours sur la cause de l’accident d’avion de Yeti Airlines.

Les sauveteurs parcourent la colline à la recherche des restes de deux personnes toujours portées disparues depuis l’accident du 15 janvier dans la station balnéaire de Pokhara, à 200 kilomètres (125 miles) à l’ouest de la capitale, Katmandou.

L’avion bimoteur ATR 72-500 était en approche de l’aéroport international de Pokhara dans les contreforts de l’Himalaya lorsqu’il s’est écrasé dans un canyon à environ 1,6 kilomètre (1 mi) de la piste à une altitude d’environ 820 mètres (2700 pieds).

Alors que ce n’est toujours pas clair ce qui a causé l’accidentCertains experts en aviation disent qu’une vidéo prise depuis le sol des derniers instants de l’avion indique qu’il est entré dans un décrochage, bien que l’on ne sache pas pourquoi.

Il transportait 68 passagers, dont 15 étrangers, ainsi que quatre membres d’équipage. Les étrangers comprenaient cinq Indiens, quatre Russes, deux Sud-Coréens et un d’Irlande, d’Australie, d’Argentine et de France.

L’Autorité de l’aviation civile du Népal a également déclaré que le système d’atterrissage aux instruments de l’aéroport ne fonctionnera pas avant le 26 février, huit semaines après la mise en service de l’aéroport le 1er janvier. le terrain montagneux et les conditions météorologiques variables qui en résultent rendent le vol difficile.

fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren
fire-kiren

By uiq51

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}