Environ 200 Rohingyas, majoritairement musulmans, flottent dans la mer d’Andaman depuis plus d’une semaine après la panne de leur bateau.

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés a exhorté les pays d’Asie du Sud-Est à secourir quelque 200 réfugiés rohingyas dont le bateau en état de naviguer flotterait dans la mer d’Andaman.

Le HCR a déclaré jeudi dans un communiqué qu’il avait reçu des informations selon lesquelles le Rohingya s’était échoué sur un bateau au large des côtes thaïlandaises depuis la panne de ses moteurs le 1er décembre.

“Les personnes à bord sont sans nourriture ni eau depuis des jours et souffrent d’une déshydratation extrême”, indique le communiqué, ajoutant qu’il existe des informations non vérifiées selon lesquelles certains des réfugiés sont morts.

“Il y a un risque important d’autres décès dans les prochains jours si les gens ne sont pas secourus et mis en sécurité”, a-t-il déclaré.

Le HCR a signalé plus tôt ce mois-ci qu’il y avait eu une augmentation “spectaculaire” du nombre de réfugiés rohingyas effectuant des voyages en bateau risqués du Myanmar et du Bangladesh vers l’Asie du Sud-Est, sept ans après une la crise régionale est apparue en raison d’une augmentation du nombre de traversées.

“Sept ans après la crise de la mer d’Andaman, au cours de laquelle de nombreuses vies ont été perdues, les Rohingyas continuent de tout risquer dans de périlleux voyages pour s’échapper. persécution à la maison dans le Myanmar dirigé par l’arméeet les conditions épouvantables dans les camps de réfugiés du Bangladesh », a déclaré Rachel Chhoa-Howard, chercheuse sur l’Asie du Sud-Est à Amnesty International, dans un communiqué.

« Le droit international humanitaire exige le sauvetage des personnes en mer lorsqu’elles sont en détresse et leur transfert vers un lieu sûr. Une action rapide est nécessaire pour protéger des vies. Des retards supplémentaires pour atténuer ces souffrances ou des tentatives de renvoi des Rohingyas au Myanmar où ils sont persécutés sont inadmissibles. »

Selon le HCR, de janvier à novembre 2022, environ 1 920 personnes, principalement des Rohingyas, ont voyagé par mer depuis le Myanmar et le Bangladesh, contre seulement 287 en 2021.

Environ 119 personnes ont été signalées mortes ou portées disparues au cours de ces voyages, a-t-il ajouté.

L’agence pour les réfugiés a exhorté les gouvernements régionaux à agir et s’est déclarée prête à fournir toute l’aide humanitaire nécessaire aux personnes débarquées. Il n’a pas abordé l’emplacement du navire.

Les Rohingyas, majoritairement musulmans, sont depuis longtemps discriminés et persécutés dans leur pays État d’origine de Rakhine dans l’extrême ouest du Myanmar, et quelque trois quarts de million de personnes ont fui vers le Bangladesh voisin après une brutale répression militaire en 2017, qui fait maintenant l’objet d’un procès pour génocide.

Ceux qui restent à Rakhine sont pour la plupart confinés dans des camps d’internement sordides et font face à de sévères restrictions sur leur liberté de mouvement, l’accès à l’éducation et aux services de santé dans un système qu’Amnesty a surnommé “l’apartheid”.

By uiq51

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *