L’Ouganda sera le troisième pays à déployer des troupes après l’arrivée des contingents du Kenya et du Burundi dans l’est de la République démocratique du Congo.

L’armée ougandaise a déclaré lundi qu’elle enverrait 1 000 soldats en République démocratique du Congo (RDC) voisine d’ici la fin de ce mois pour rejoindre une force régionale mandatée pour mettre fin à des décennies d’instabilité.

Les sept pays de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC), à laquelle la RDC a rejoint cette année, se sont mis d’accord en avril pour créer une force de lutte contre les milices dans l’Est.

L’Ouganda sera le troisième pays à déployer des troupes après l’arrivée des contingents du Kenya et du Burundi dans la région, a déclaré le porte-parole de l’armée ougandaise, Felix Kulayigye. Mais leur implication s’est heurtée à l’opposition de certains groupes militants et officiels en raison du rôle de l’Ouganda dans le conflit en RDC.

En septembre, L’Ouganda a payé au Congo 65 millions de dollarsla première tranche de réparations d’une valeur de 325 millions de dollars pour les pertes causées par les troupes ougandaises occupant le territoire congolais dans les années 1990.

L’est de la RDC abrite déjà des centaines de soldats ougandais, qui ont été déployés il y a près d’un an dans le cadre d’un accord bilatéral distinct pour aider à traquer le groupe des Forces démocratiques alliées (ADF), affilié à l’EIIL.

Malgré des milliards de dollars dépensés pour l’une des plus grandes forces de maintien de la paix des Nations Unies, plus de 120 groupes armés continuent d’opérer dans de vastes régions de l’est du Congo, y compris les rebelles du M23, que le Congo a accusés à plusieurs reprises de soutenir le Rwanda. Kigali nie les allégations.

L’ONU dit il a trouvé des preuves contrairement aux affirmations de Kigali.

Le M23 a organisé une offensive majeure cette année, s’emparant de territoires, déplaçant des milliers de personnes de leurs foyers et déclenchant une querelle diplomatique entre le Congo et le Rwanda.

Vendredi, l’EAC a déclaré que l’ancien président kenyan Uhuru Kenyatta et le président rwandais Paul Kagame avaient convenu de la nécessité pour que les rebelles du M23 cessent le feu et se retirent du territoire capturé.



Source link

By uiq51

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *